La Suisse envisage de geler les cryptomonnaies des citoyens russes sur son territoire | Affiliation Center

La Suisse envisage de geler les cryptomonnaies des citoyens russes sur son territoire

La Suisse souhaite geler les cryptomonnaies des Russes

Le Conseil fédéral suisse envisager de geler les cryptoactifs à la fois des citoyens et des entreprises russes sur son territoire, dans une volonté de s’aligner avec les sanctions décidées à Bruxelles à l’encontre de Moscou.

Selon une information de nos confrères du Financial Times, un haut fonctionnaire du ministère des finances suisse a expliqué que cette décision visait à protéger l’intégrité de l’écosystème des cryptomonnaies en Suisse.

Effectivement, le pays alpin constitue une destination de choix pour les entreprises du milieu de la blockchain. Selon un rapport de CV VC, plus de 1 100 entreprises du secteur auraient élu domicile en Suisse ou au sein de la principauté avoisinante du Liechtenstein.

Une mesure qui coïncide avec la décision unilatérale des pays de l’Union européenne d’empêcher la Russie de pouvoir se servir des cryptomonnaies comme voie de sortie pour échapper aux sanctions économiques.

👉 Comprendre l’encadrement des cryptomonnaies en Europe avec la proposition MiCa

Les échanges centralisés obligés de se mettre au pas

Cette décision d’empêcher la Russie de consommer aux cryptomonnaies a été récemment appuyée par Bruno Le Mairele ministre de l’Économie et des Finances français, qui s’était exprimé à ce sujet lors du sommet EcoFin :

«Nous veillerons à ce que les cryptomonnaies ne servent pas à contourner les sanctions.»

Selon Guy Parmelinle conseiller fédéral suisse, cette mesure concerne les actifs numériques détenus sur des plateformes centralisées :

« Si quelqu’un détient lui-même sa clé [d’accès à ses cryptomonnaies], alors, où qu’il soit, il sera impossible de l’identifier. Mais s’il utilise des services [centralisés] de cryptomonnaies, de fonds, d’échanges et ainsi de suite, alors nous pouvons le cibler. »

Depuis le début du conflit russo-ukrainien, Kraken et Binance, 2 des plus gros échanges de cryptomonnaies, ont déclaré qu’ils ne souhaitaient pas bloquer l’accès à leurs plateformes pour l’ensemble des citoyens russes. Selon eux, une telle mesure serait en inadéquation avec la philosophie des cryptomonnaies.

Cependant, si une décision de la communauté internationale est devenue à être prise pour sanctionner plus durement la Russie, alors les échanges centralisés doivent s’y plier conformément à la loi.

La Suisse décide de suivre l’Union européenne

Toujours selon Guy Parmelin, 223 Russes dont certains proches du président Vladimir Poutine ont vu leurs comptes bancaires et leurs actifs gelés au cours de la semaine passée.

Se joindre à la stratégie punitive de l’Union Européenne, la Suisse trier ainsi de son rôle habituel de pays historiquement neutre. Effectivement, en plus du gel des comptes bancaires cités précédemment, le pays a également interdit l’accès à son territoire à plusieurs oligarques russes dont les noms sont restés confidentiels.

La compagnie aérienne suisse a également suspendu provisoirement tous ses vols à destination de Moscou et de Saint-Pétersbourg. Les groupes de logistique internationaux Mediterannean Shipping Company et Kuehne + Nagel ont également suspendu les commandes non essentielles à destination de la Russie.

La Suisse étant le principal pays de négoce du pétrole russe, il se pourrait que des sanctions plus lourdes soient perçues. Le choix stratégique de la Suisse a en tout cas été très mal reçu par Gennady Gatilovl’ambassadeur de Russie auprès des Nations unies à Genève, qui dénonce « le changement de voie » de la Confédération.

👉 Pour aller plus loin : L’Ukraine revient sur sa décision et décide d’annuler son airdrop

La source : Financial Times

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.